• 0 Articles - 0.00 
    • Aucun produit dans le panier.

Auteur

Astrid du Lau d'Allemans

"Astrid du Lau d’Allemans, psychanalyste, auteure et chercheuse a développé une approche spécifique des problèmes géopolitiques et sociétaux à partir d’outils psychanalytiques."

Astrid du Lau d’Allemans, psychanalyste, auteure et chercheuse a développé une approche spécifique des problèmes géopolitiques et sociétaux à partir d’outils psychanalytiques. Après ses études à Sciences-Po, elle entre à la Commission Trilatérale puis au Club du CEPII (Centre d’Etudes Prospectives d’Informations Internationales) comme Secrétaire Générale, effectue des études en psychothérapie psychanalytique et devient psychanalyste. C’est à partir de cette double expérience dans des organisations internationales et en psychanalyse, qu’elle réalise un rapprochement entre les problématiques individuelles et collectives et développe le concept « d’âme des peuples ». Elle créée alors un groupe de recherche pluridisciplinaire, l’Association Anima Mundi et met en place un partenariat avec le Collège des Bernardins sur le thème « Mémoires, Identités, Imaginaires des peuples européens ». Elle élargit sa recherche à des pays non européens et a publié récemment un essai « Quand l’irrationnel souffle sur le monde » décryptant l’inconscient des peuples et son influence sur les relations internationales. Elle est également conférencière et experte à l’APM (Association pour le Progrès du Management).

Livres d'auteur

Qu’est-ce qui arrive à..la vieillesse ?

15.00 

La pandémie coronavirale nous a brutalement rappelé que nos sociétés ont parqué nos « vieux » dans des Ehpad où les plus anciens sont tombés comme des mouches.Sans faire de procès, il y a malgré tout, derrière tout cela, des questions essentielles sur notre rapport au vieillissement, à la vieillesse . Mais il n’y a pas que nos « vieux » qui vieillissent… il y a aussi nos institutions, nos mythes, nos croyances, nos paradigmes… Et puis, il y a la métaphysique : pourquoi tout ce qui vit vieillit-il ? Pourquoi ne meurt-on pas jeune de corps et d’esprit à 85 ans ?